Deviens le meilleur ami de ton chien !

La race ne détermine pas grand chose en fait !

5 Sep 23 | Infos

L’étude menée par Kathleen Morrill et son équipe remet en question la notion couramment acceptée selon laquelle le comportement des chiens est intrinsèquement lié à leur race. Ils ont utilisé une approche génétique en séquençant l’ADN de plus de 2000 chiens de race pure et croisée, tout en recueillant des informations auprès de leurs propriétaires pour étudier les gènes associés aux traits comportementaux et physiques.

Les résultats de l’étude ont montré que, bien que de nombreux traits physiques soient associés aux races, le comportement des chiens varie considérablement et ne peut pas être prédit avec précision en fonction de la race. En effet, la personnalité des chiens est le résultat de facteurs polygéniques et environnementaux, et les caractéristiques comportementales attribuées aux races modernes ne sont pas spécifiquement liées à l’ascendance raciale.

En résumé, l’étude suggère que la notion selon laquelle le comportement des chiens est déterminé par leur race est incorrecte. Les comportements des chiens sont complexes, influencés par de nombreux facteurs, et ne peuvent pas être réduits à des généralisations basées sur la race. Les races de chiens modernes sont principalement définies par des caractéristiques esthétiques plutôt que par des traits comportementaux spécifiques. Cette recherche encourage donc à considérer chaque chien comme un individu unique, indépendamment de sa race, lors de la prise de décisions relatives à la sélection d’un chien de compagnie.

 lien vers l’article.

Comment est ton chien ?

Le projet Darwin’s Ark, qui inclut l’ascendance, a collecté des enquêtes et des données génétiques auprès d’une cohorte diversifiée de chiens.
A ) La sélection sur le comportement des chiens est antérieure aux races modernes, qui existent depuis environ 1 % de l’histoire du chien ( 10 ). ( B et C ) Les enquêtes comprennent (B) 79 questions de comportement publiées ( 34 – 37 ) et 39 nouvelles questions sur des traits héréditaires faciles à identifier qui entrent dans (C) quatre catégories dont l’héritabilité peut potentiellement varier, y compris les traits physiques ( figure S3). (  ) Les réponses des propriétaires à la question sur la taille (fig. S2) étaient fortement corrélées à la taille mesurée chez 375 chiens (corrélation de Pearson). Les cases et les moustaches représentent 25 % du quartile, 75 % du quartile, minimum et maximum, avec une ligne horizontale à la médiane. ( E) Les propriétaires de la plupart des chiens ont répondu à plus de 95 % des questions. ( F ) Tracé bouleversé visualisant l’ensemble de données. Six barres horizontales indiquent le nombre de chiens répartis par type d’information ou catégorie de race (« sous-ensembles »). Chaque colonne représente une intersection possible de sous-ensembles, avec des cercles noirs indiquant l’inclusion d’un sous-ensemble et des barres verticales indiquant le nombre de chiens qui se croisent. Quatre lignes (« pools ») représentent les chiens utilisés dans quatre analyses majeures. Les signes plus indiquent l’inclusion d’une intersection, avec le nombre total de chiens ( N ) sur la droite. ( G) La fréquence des races parmi les chiens de race pure dans l’Arche de Darwin (à gauche), comparée aux 14 ascendances de race les plus courantes que nous avons détectées chez tous les chiens grâce à l’inférence d’ascendance globale (au milieu). Les races les plus populaires avaient tendance à être devinées plus fréquemment par les participants de MuttMix (à droite).
Les races de chiens domestiques modernes n’ont que 160 ans environ et sont le résultat d’une sélection pour des caractéristiques cosmétiques spécifiques. Pour étudier comment la génétique s’aligne sur les caractéristiques de la race, Morrill et al.. a séquencé l’ADN de plus de 2000 chiens de race pure et croisée. Ces données, associées à des enquêtes auprès des propriétaires, ont été utilisées pour cartographier les gènes associés aux traits comportementaux et physiques. Bien que de nombreux traits physiques soient associés aux races, le comportement était beaucoup plus variable selon les chiens. En général, l’héritabilité des traits physiques était un meilleur prédicteur de la race, mais n’était pas nécessairement un prédicteur de l’ascendance de la race chez les chiens. Parmi les traits comportementaux, la soumission (la façon dont les chiens réagissent aux directives humaines) était la plus héréditaire selon la race, mais variait considérablement d’un chien à l’autre. Ainsi, la race du chien est généralement un mauvais indicateur du comportement individuel et ne doit pas être utilisée pour éclairer les décisions relatives à la sélection d’un chien de compagnie. —LMZ

à lire aussi sur mercimonchien.com :

Vidéo Renforcements et Punitions

Vidéo Renforcements et Punitions

Vidéo pédagogique qui explique les concepts de renforcement et de punition dans les protocoles de rééducation comportementale et d'éducation canine.Vous y découvrirez les différent quadrants du conditionnement opérant (Skinnerien) et comprendrez la signification de...

lire plus
Vous avez le droit de refuser !

Vous avez le droit de refuser !

Si lors d'une première séance, il vous est proposé ou imposé un collier étrangleur dit sanitaire, d'obéissance ou “d'éducation”, refusez ! Si, pendant la première séance, on vous demande de crier, de hurler des ordres militaires sur votre chien, fuyez ! Si, pour faire...

lire plus
Merci ma Licorne !

Merci ma Licorne !

L’éducation positive (qui s’appuie sur le renforcement positif des comportements souhaités) est, à n’en pas douter, la seule voie qui mérite aujourd’hui d’être suivie. Il ne viendrait plus à l’idée de personne d’accepter la violence comme solution éducative (c’est...

lire plus

0 commentaires

Share This